Les licences CC en France

Récemment le ministère de la Culture et des Communications en France a pris une décision forte sur l’usage des licenses ouvertes. En effet, le site du ministère ainsi que deux autres sites gouvernementaux sont maintenant publiés sous licence Creative Commons (culture.fr ,culturecommunication.gouv.fr et le contenu de www.gouvernement.fr). À cette occasion, une vidéo en français explicant les mécanismes de base des licences CC a été publiée . Cette vidéo est très accessible et est un très bon moyen de s’approprier l’utilisation de nos licences, voire même de la promouvoir.

IFrame

Creative Commons Belgium encourage cette initiative et vous rappelle que les conditions des licences Creative Commons sont applicables aussi en Belgique. N’hésitez donc plus à les utiliser pour toutes vos créations.

Open Belgium. CC pour des projets open data.

Alors que l’open data et les projets open data prennent une place de plus en plus importante comme générateurs de valeur dans l’économie moderne, on observe des efforts importants réalisés pour professionnaliser et pérenniser la communauté open data. Il est bien clair maintenant que l’approche initiale – qui tenait plus du ‘hackaton’ – n’était pas suffisante pour garder la communauté impliquée, ni ne s’est révélée être un terrain fertile pour des entreprises viables. Heureusement, des initiatives comme le projet Apps4Europe sont en marche pour fournir des possibilités d’établir un environnement plus stimulant pour la communauté open data ainsi que de promouvoir et simplifier la création de valeur.

Du point de vue juridique, l’ensemble de la communauté Creative Commons a travaillé dur ces dernières années pour s’assurer que la version 4.0 des licences Creative Commons répondent au besoins particuliers de ces projets open data. Nous sommes intimement convaincu que cette nouvelle version a établi un excellent standard pour les années à venir. Malheureusement, nous constatons aussi que des propriétaires de données de toutes sortes créent leur propres jeux de licences propriétaires. Ce n’est pas que ces différents ensemble de licences manquent en terme de rigueur juridique ou en exhaustivité. Ce que nous craignons, c’est que la prolifération de licences mène à une complexité accrue pour l’utilisateur final, d’autant plus si il combine différents data sets. Les problèmes de compatibilité ne sont jamais bien loin et les différentes normes d’attribution pourraient conduire à un embrouillamini juridique.

Si l’on veut exploiter pleinement le potentiel de l’open data, il faut regarder plus loin que les seuls intérêts régionaux et nationaux lorsqu’on envisage de créer, encore, un nouveau jeu de licences. Les projets open data et leurs licences devraient garder à l’esprit que la communauté open data est un mouvement mondial. De plus, les propriétaires de données ne devraient pas essayer d’utiliser le copyright pour faire respecter l’attribution au travers de licences propriétaires. Il y a de meilleurs moyens pour y arriver. Il faudrait plutôt essayer d’établir des normes et des bonnes pratiques pour que les propriétaires de données puissent licencier de façon standardisée leurs contenus et autres métadonnées. C’est quelque chose que l’on trouve déjà dans le cadre de l’Europeana licensing framework pour les institutions du patrimoine culturel et qui semble porter ses fruits sur le long terme.

Pour les conférences Open Belgium, Creative Commons Belgium a invité deux orateurs très intéressant qui creuseront un peu plus ce sujet de l’attribution de licences pour les projets open data et la prolifération de ces licences. Il y aura d’abord Katleen Janssen, administratrice de OKFN Belgium et avec plus de 12 ans d’expérience dans la recherche sur l’open data et l’information dans le secteur publique. Elle parlera du danger de la prolifération des licences et de comment on peut essayer de changer les idées préconçues des propriétaires de données sur la nécessité d’utiliser leurs propres licences. Ensuite, Thomas Margoni, chercheur senior à l’institut IViR à Amsterdam, expliquera les modifications apportées par les licences Creative Commons 4.0 et l’impact positif de ces modifications sur les projets open data.

Consultez aussi le reste du programme. Rejoignez-nous aux conférences Open Belgium pendant les Data Days (du 17 au 19 février) pour une journée riche en partage de connaissance et un petit verre après.

Nouvelle génération des licences CC — Bienvenue à la version 4.0!

Nous sommes fiers de présenter la version 4.0 de nos licences, disponibles pour l’adoption dans le monde dès aujourd’hui. Ces licences – dont le processus d’élaboration à pris plus de deux ans – sont les licences les plus globales et juridiquement les plus solides produites par CC à ce jour .  Elles intègrent des dizaines d’améliorations qui rendent le partage et la réutilisation des œuvres sous licence CC plus facile et fiable que jamais.

Nous sommes sortis du Sommet mondial à Varsovie avec des objectifs ambitieux. Les 4.0 licences atteignent ces objectifs, et plus encore.  Ces licences sont bien adaptées à une utilisation par les gouvernements et tous les éditeurs d’information du secteur public ou d’autres données, en particulier dans l’Union européenne où il existe un droit sui generis des base de données. Les autres caractéristiques comprennent une importante amélioration de la lisibilité et de l’organisation, une attribution au sens commun, et un nouveau mécanisme qui permet aux personnes qui pourraient avoir violé les termes d’une licence de reprendre les droits automatiquement si une correction en en temps opportun est apportée.

Aucune de ces améliorations n’aurait pu être atteint par les CC seules. Nous avons toujours été fortement soutenu par la qualité et le dévouement de notre impressionnant réseau d’experts en droit et en licences publiques. Tout aussi important a été l’ implication actif et vocal de la communauté CC la plus large. Nous restons fidèles à nos obligations de guide à cause d’eux, qui sont tous profondément passionnés par les questions que nous abordons. Les licences Creative Commons 4.0, et le processus de développement de la licence publique sont le témoignage de la participation de ces participants.

Vous pouvez trouver les points marquants des améliorations les plus importantes sur notre site, y suivre le cours des discussions publiques et l’évolution des projets de licence sur la page wiki 4.0. Vous pouvez aussi trouver un récapitulatif des décisions politiques centrales prises au cours du processus de gestion des versions.

Avec la publication des licences 4.0, nous tournons notre attention vers les traductions officielles du code juridique en partenariat avec le team Creative Commons Fr. Les traductions de nos nouvelles « deeds » sont également en cours, avec un nombre important déjà accompli.

Merci à tous ceux qui ont participé au processus. Avec votre aide, les licences 4.0 sont les licences CC les plus globales, les plus robustes et les plus conviviales à ce jour. Félicitations à tous !

Apps for Culture: Open Cultuur Data Hackathon

Le samedi 21 septembre, Creative Commons Belgique, OKFN-be et PACKED vzw organisent l’évènement open data ‘Apps for Culture’ à Gand (Vooruit). Pendant cette journée, des développeurs vont mélanger créativité et programmation pour voir ce qu’ils peuvent faire avec les données ouvertes d’organisations culturelles qui ont, entre autre, participé aux cours de opencultuurdata.be. Il y aura des choses à voir pour tout le monde, même les non-développeurs. En effet, des conférences et des présentation sont au programme pour l’après-midi. Tu es curieux de savoir ce qui pourrait arriver ce jour-là (avec tes données) ? Alors viens et n’oublie pas de t’inscrire via le site web de Apps for Culture.

5 ans de Rubber Beats

Pour fêter les cinq années d’existence de Rubber Beats, une compilation gratuite sous Creative Commons, le label gantois Caoutchou organise une fête d’anniversaire le vendredi 4 octobre au Vooruit. Les artistes présents sont Herrmutt Lobby, Digi G’Alessio, Chrome Brulée, Renaat Vandepaepeliere, Drafter, Ninjato, One Man Party & Leftchest vs Stubborn.

Cliquez ici pour plus d’informations et les tickets.